Confiance, tromperies, adultères

Carnet de notes 27 mars 2010 et réflexions actuelles.

 

Est-ce qu’on peut aimer sans tromper? 

Est-ce que l’adultère change quelque chose à l’amour? 

Est-ce que le mensonge tue vraiment l’amour? 

Pourquoi la confiance est-elle si importante, pourquoi tue-t-elle l’amour quand elle est bafouée? Est-ce dire que tout ce qui compte dans l’amour, c’est la confiance? Comme un critère « seuil »: si on ne l’atteint pas, point d’amour? 

Est-ce qu’aimer en adulte c’est nécessairement tuer les contes de fées? Est-ce que c’est baisser les bras sur la promesse, la fidélité? 

Et la baise pour la baise, est-ce que ça implique nécessairement de ne pas s’occuper de l’autre? Prendre son plaisir à soi et ne penser qu’à soi? C’est tellement plus fort à deux…

A-t-on le droit de dire n’importe quoi pour attirer l’autre dans notre lit si on n’a pas l’intention de toute manière de faire durer l’histoire? Ça dérange qui, dans le fond? Pourquoi je n’arrive pas à voir ça autrement qu’une fraude? 

Peut-on vraiment séparer le corps et le coeur? Même un peu…