Je ne serai pas ton chum 2

J’ai décidé de faire une deuxième écriture de mon dernier billet. C’était du premier jet et j’ai continué à réfléchir à la question.

En rappel: Ce texte m’inspire. Ça m’a fait réfléchir alors aussi bien mettre ça dans la bouche d’un personnage ou deux. C’est toujours plus intéressant quand on peut dialoguer au lieu de penser en rond!

Quel nom pour cet amant… Je ne sais pas encore. On va l’appeler Homme pour le moment. Il faudra vraiment que je clarifie qui sont ses amants à CATH. Il faut qu’il y en ait un certain nombre… mais sont-ils tous nécessaires? Pour le moment, j’ai l’impression que chaque nouvel apprentissage, chaque nouvelle intervention et discussion vient d’un homme différent. Et c’est rien parce que je compte bien plonger aussi CATH dans des aventures avec des femmes! Un arbre à amants s’impose. À suivre. Homme, ce sera Mathieu. Il sera un amant à lui seul, je ne le fusionnerai pas avec un autre personnage. C’est lui qui permettra à CATH d’envisager le polyamour et l’échangisme dans son éventail de possibilités. Je ne sais pas si c’est vers cette option qu’elle penchera, mais ça la fera certainement travailler sur son côté possessif. Pas possessif, non, plutôt inquiet. Inquiète qu’on la largue encore parce qu’on a trouvé quelqu’un de plus trippant qu’elle. 

MATHIEU
Je ne serai jamais ton chum.

CATH
J’ai jamais dit que je voulais que tu sois mon chum non plus…

MATHIEU
T’as pas besoin de le dire! Ça fait partie de tes charmes.

CATH
Prétentieux. Cute, mais prétentieux. Les gars pensent tout le temps que je suis amoureuse d’eux. Je n’ai pas été amoureuse depuis très longtemps. Jamais, en fait. J’ai peut-être jamais été amoureuse.
(Elle joue avec ses doigts. Voudrait pouvoir arrêter. Elle place ses mains bien à plat sur ses genoux. Voudrait sentir ses gestes naturels…)

MATHIEU
C’est pas que je ne t’aime pas. Tu me charmes. Tu m’envoûtes, même! Mais je ne peux pas être l’homme d’une seule femme.
(Il essaie de s’approcher. Elle réagit, saisie, trop brusquement comme d’habitude.)

CATH
(Avec un ton trop sec pour la conversation.) Je sais! Mais je comprends pas pourquoi t’es si sûr de toi. Ça ressemble plus à une période fuck-all-post-couple-qui-a-fait-mal.

MATHIEU
Non. J’ai fait mes recherches, j’ai eu mes rebounds.

CATH
Ouais, ouais.

MATHIEU
T’aimes pas ça, hein? T’aimes pas l’idée que je ne serai probablement jamais en couple hermétique.

CATH
Hermétique?

MATHIEU
J’ai dit hermétique? Je voulais dire monogame. Tu vois ce que mon inconscient en pense! Je fake pas!

CATH
Et tu es capable de dire, ici et maintenant, que tu es sûr et certain que tu ne changeras jamais d’idée. Jamais! Que personne jamais ne te donnera envie d’être en couple monogame et même d’avoir d’autres enfants? JAMAIS? T’es un fucking devin ou quoi?
(Elle ne sait pas pourquoi elle crie presque. Elle voudrait être calme. Elle est fâchée. Elle ne comprend pas pourquoi. Mais il la fâche.)

MATHIEU
Je ne suis certain de rien, CATH. Mais ce n’est pas comme ça que je vois mon avenir, non. Et les enfants, j’en ai eu trois, ma famille est faite. Je ne veux pas recommencer. De ça, j’en suis certain.

CATH
Je crois pas à jamais.

MATHIEU
Tu n’y crois pas ou tu ne veux pas que ce soit vrai?

CATH
(Baisse les yeux. Ne pas montrer qu’elle est troublée. Relever les yeux et darder son regard sur l’autre.)
On parle de toi. Pas de moi. Moi, je m’adapte à ce qu’on me donne. T’es pas l’homme de ma vie, désolée.

MATHIEU
Cath…
(Il place sa main sur la sienne. Elle reste là, figée. Ne répond pas à son geste d’affection. Il se sent niais, il reprend sa main.)

CATH
Ben quoi? Moi je rêve d’un gars qui va vouloir m’avoir moi. Pas me mettre dans un tas de filles dans lequel il va pouvoir choisir quand bon lui semble. Je suis pas un objet qu’on peut piger selon son bon vouloir. Je ne suis pas ça.

MATHIEU
Ah! Mais ce n’est pas comme ça que je vous voie, mes amantes! Vous êtes toutes importantes. Vous me permettez toutes d’être une partie de moi qui m’est essentielle. Que je ne peux pas être autrement.

CATH
Tu vois, pour moi, ça, c’est de la bullshit. Parce que moi, je travaille à être moi à temps plein. Complète, incontrôlable et moi. Pis ça, sans l’aide de personne.

MATHIEU
Et tu es heureuse comme ça?

CATH
Va chier.

MATHIEU
(Saisi. Il se rapproche)
Je ne voulais pas te blesser. C’était une question. Pour amener le point que je suis heureux comme je suis et qu’on est simplement différent.

CATH
Oh. Euh. S’cuse (presque inaudible). Je suis pas heureuse. Tu le sais. J’ai mal. Tout le temps. (Toujours presque inaudible. Les yeux sur la tache de café sur le divan. Espère que c’est du café et pas autre chose. Voudrait être la tache et disparaître dans le tapis.)

MATHIEU
Et moi je suis bien quand tu es là.

CATH
(À voix basse.)
Mais tu es aussi bien quand je n’y suis pas.

MATHIEU
(Visiblement touché par la vulnérabilité soudaine de Cath.) Je suis différent quand tu n’es pas là. C’est juste ça. Je suis différent.

CATH
Et t’arrives pas à être toi au complet avec moi. Pourquoi?

MATHIEU
Cherche pas toujours à te faire mal toute seule. Personne peut être pareil avec tout le monde. Cath. Tu cherches quelque chose qui ne se peut pas. Viens. Viens écouter mon cœur. Ce soir, il bat juste pour toi, ma WildCath!

CATH
Non. Tu te rends pas compte. Tu te rends pas compte de ce que tu nous fais.

MATHIEU
Qu’est-ce que je vous fais? Viens te coller pour me raconter ça.

CATH
Arrête d’essayer de m’amadouer avec des colles-colles.

MATHIEU
Oups. T’es vraiment fâchée, là?

CATH
Big time. Tu te rends pas compte que tu nous fous dans des petits cases. «Juste bonnes à faire sortir cette personnalité-là en moi.» En voulant être une petite parcelle de toi avec chacune de nous, tu nous obliges à être ce que tu attends de nous. T’es un pervers narcissique. Tu joues avec nous comme avec des marionnettes.

MATHIEU
Tu te plaignais pas tantôt!

CATH
Y’a pas juste le cul dans vie. Comment tu veux que j’aie une relation plus profonde avec toi si tu ramènes tout au cul et que tu ne veux pas être toi tout entier avec nous? Hein?

MATHIEU
Cath… Je voulais détendre l’atmosphère. T’es fâchée. Je ne sais pas pourquoi tout à coup. Je t’ai blessée en te disant que je ne serai jamais ton chum?

CATH
Change pas de sujet. Comment tu peux affirmer que tu veux approfondir les relations avec nous si tu n’arrives pas à être entier avec nous.

MATHIEU
As-tu une relation profonde avec ta meilleure amie?

CATH
Oui…

MATHIEU
Avec tes autres amants?

CATH
Avec certains oui, d’autres non.

MATHIEU
As-tu une relation profonde avec tes parents, ta famille?

CATH
Ben oui, mais c’est autre chose… Ça n’a pas rapport.

MATHIEU
Oui. Oui, parce que tu as une relation profonde avec chacune de ces personnes, que ce n’est pas la même chose et que tu es différente avec chacune. Pourquoi ça n’aurait pas rapport? C’est quoi la différence?

CATH
C’est que… (Ses yeux cherchent la réponse dans les airs.)
C’est pas pareil. C’est pas une personne avec qui tu veux partager la plus profonde intimité. C’est comme si tu avais renoncé à l’intimité avec une femme.

MATHIEU
Euh… on a baisé dans pas mal toutes les positions et j’ai visité pas mal toutes les parties de ton corps.

CATH
Oui, mais tu sauras jamais (sa voix casse, comme si elle allait pleurer. Elle se ressaisit.) Tu sauras jamais ce que je mets sur mes toasts le matin, comment je m’endors, dans quel sens je me brosse les dents, si j’oublie de fermer la porte de l’armoire quand je prends une assiette, c’est quoi ma routine quand je rentre du travail, à quel point je pourrais être charmante quand tu reviendrais du travail. Tu me laisseras jamais te montrer que je danse dans le salon quand je me sens super à l’aise. Faque tu viendras pas me surprendre par en arrière pour danser avec moi. Tu ne m’entendras jamais chanter dans ma douche parce que je me pense toute seule. Tu ne frissonneras jamais en me voyant prendre un bébé en te disant: «wow, cette femme-là, je veux avoir des enfants avec elle.» Tu ne me laisseras jamais te montrer mon charme. Tu te plantes déjà les deux pieds dans le béton avant même qu’on puisse penser à marcher ensemble. Pis tu me dis que je ne me laisse pas assez aller avec toi?

MATHIEU
Cath… Je… (Il ne voit rien d’autre que les larmes sur ses joues, ses cheveux qui bougent à peine parce qu’elle est figée sur place, sa bouche gonflée d’avoir pleuré. Son visage. Il ne l’a jamais vue comme ça.) Je comprends ce que tu veux. C’est juste pour ça que je te dis que je ne serai jamais ton chum. Je ne peux pas te donner ça. Mais je sais que tu prends du Nutella sur tes toasts. Que tu ne bois pas de café, mais que tu sautilles sur place quand on t’offre un thé. Tu m’as déjà chanté quelques notes dans la douche. Tu ne le sais pas, mais je t’ai regardé t’endormir dans mon lit. Non, je ne sais pas ce que tu ferais si tu m’attendais au retour du boulot, mais je sais le plaisir que j’ai à me préparer quand je sais que tu t’en viens. Et te voir comme ça en ce moment, ça me crève le cœur parce que je ne veux pas te faire mal. Je peux t’offrir tout ce que je suis, mais ça implique que je ne serai pas exclusif. Parce que c’est ce que je suis. Et quand je suis avec toi, je pense à toi, juste à toi. Pis là, je vais mourir de tristesse si tu viens pas dans mes bras. J’ai envie de prendre soin de toi et qu’on se colle pendant longtemps. Viens.

(Cath se laisse faire, vidée par toutes les émotions qui tourbillonnent en elle. Il vient de l’achever. Elle va s’attacher, c’est sûr.)

Je ne serai pas ton chum

Ce texte m’inspire. Ça m’a fait réfléchir alors aussi bien mettre ça dans la bouche d’un personnage ou deux. C’est toujours plus intéressant quand on peut dialoguer au lieu de penser en rond!

Quel nom pour cet amant… Je ne sais pas encore. On va l’appeler Homme pour le moment. Il faudra vraiment que je clarifie qui sont ses amants à CATH. Il faut qu’il y en ait un certain nombre… mais sont-ils tous nécessaires? Pour le moment, j’ai l’impression que chaque nouvel apprentissage, chaque nouvelle intervention et discussion vient d’un homme différent. Et c’est rien parce que je compte bien plonger aussi CATH dans des aventures avec des femmes! Un arbre à amants s’impose. À suivre.

HOMME
Je ne serai jamais ton chum.

CATH
J’ai jamais dit que je voulais que tu sois mon chum non plus…

HOMME
T’as pas besoin de parler! Ça fait partie de tes charmes.

CATH
Prétentieux. Cute, mais prétentieux.

HOMME
C’est pas que je ne t’aime pas. Tu me charmes. Tu m’envoûtes, même! Mais je ne peux pas être l’homme d’une seule femme.

CATH
Je sais! Mais je comprends pas pourquoi t’es si sûr de toi. Ça ressemble plus à une période fuck-all-post-couple-qui-a-fait-mal.

HOMME
Non. J’ai fait mes recherches, j’ai eu mes rebounds.

CATH
Ouais, ouais.

HOMME
T’aimes pas ça, hein? T’aimes pas l’idée que je ne serai probablement jamais en couple hermétique.

CATH
Hermétique?

HOMME
J’ai dit hermétique? Je voulais dire monogame. Tu vois ce que mon inconscient en pense! Je fake pas!

CATH
Et tu es capable de dire, ici et maintenant, que tu es sûr et certain que tu ne changeras jamais d’idée. Jamais! Que personne jamais ne te donnera envie d’être en couple monogame et même d’avoir d’autres enfants? JAMAIS? T’es un fucking devin ou quoi?

HOMME
Je ne suis certain de rien, CATH. Mais ce n’est pas comme ça que je vois mon avenir, non. Et les enfants, j’en ai eu trois, ma famille est faite. Je ne veux pas recommencer. De ça, j’en suis certain.

CATH
Je crois pas à jamais.

HOMME
Tu n’y crois pas ou tu ne veux pas que ce soit vrai?

CATH
(Baisse les yeux. Ne pas montrer qu’elle est troublée. Relever les yeux et darder son regard sur l’autre.)
On parle de toi. Pas de moi. Moi, je m’adapte à ce qu’on me donne. T’es pas l’homme de ma vie, désolée.

HOMME
Cath…

CATH
Ben quoi? Moi je rêve d’un gars qui va vouloir m’avoir moi. Pas me mettre dans un tas de filles dans lequel il va pouvoir choisir quand bon lui semble. Je suis pas un objet qu’on peut piger selon son bon vouloir. Je ne suis pas ça.

HOMME
Ah! Mais ce n’est pas comme ça que je vous voie, mes amantes! Vous êtes toutes importantes. Vous me permettez toutes d’être une partie de moi qui m’est essentielle. Que je ne peux pas être autrement.

CATH
Tu vois, pour moi, ça, c’est de la bullshit. Parce que moi, je travaille à être moi à temps plein. Complète, incontrôlable et moi. Pis ça, sans l’aide de personne.

HOMME
Et tu es heureuse comme ça?

CATH
Va chier.

HOMME
(Saisi. Il se rapproche)
Je ne voulais pas te blesser. C’était une question. Pour amener le point que je suis heureux comme je suis et qu’on est simplement différent.

CATH
Oh. Euh. S’cuse (presque inaudible). Je suis pas heureuse. Tu le sais. J’ai mal. Tout le temps. (Toujours presque inaudible.)

HOMME
Et moi je suis bien quand tu es là.

CATH
(À voix basse.)
Mais tu es aussi bien quand je n’y suis pas.

HOMME
(Visiblement touché par la vulnérabilité soudaine de Cath.) Je suis différent quand tu n’es pas là. C’est juste ça. Je suis différent.

CATH
Et t’arrives pas à être toi au complet avec moi. Pourquoi?

HOMME
Cherche pas toujours à te faire mal toute seule. Personne peut être pareil avec tout le monde. Cath. Tu cherches quelque chose qui ne se peut pas. Viens. Viens écouter mon coeur. Ce soir, il bat juste pour toi, ma WildCath!

Cath et sa quête

Je pourrais écrire 8 articles d’un coup tellement mon cerveau réfléchit fort à ce thème ces temps-ci. Des conversations avec des amis, mes propres expériences, celles d’autres personnes autour de moi, des textes que j’ai lus. Tout m’inspire. Mais si j’écris tout dans le même billet, je ne pourrai plus me retrouver ensuite. Un billet, un thème. C’est ma règle.

Bon. Par où on commence.

Par Cath bien sûr.

J’ai envie de faire le point sur Cath. Elle me donne l’impression d’être une enragée. Mais elle n’est pas ça. Elle le devient seulement quand elle a peur. Comme un chat qui crache et qui miaule à se faire entendre en Alaska (cette image fonctionne juste si on n’habite pas en Alaska…)

Cath est capable de beaucoup de douceur. De tendresse et d’affection. Mais elle doit se sentir en confiance. Le problème, c’est que dès qu’elle en démontre à ses amants, dès qu’elle essaie d’être elle, ses amants pensent qu’elle s’attache, qu’elle tombe amoureuse. Comment être soi quand être soi fait peur? Cath dirait « Tant pis pour eux. Leur perte! »

Note pour un prochain billet: A-t-on le droit d’être affectueux avec nos amants? Quel est le code à suivre? 

Il va falloir faire essayer le polyamour à Cath. C’est un aspect qu’elle n’a pas vraiment envisagé encore. Mais comment fera-t-elle, elle qui est si entière, pour accepter de donner son coeur en entier à quelqu’un qui le partagera entre elle et d’autres? Comment pourra-t-elle envisager de se donner entièrement, mais à plusieurs personnes en même temps? Peut-elle même l’envisager? Quel genre de surprise aura-t-elle en empruntant cette voie?

Au départ, la quête de Cath était de différentier les relations d’amour, d’amant et d’ami. Quelque part en route, elle a fini par étudier seulement le sexe et les différentes manières d’être amant. Il lui faut se recentrer sur sa recherche. Elle a oublié qu’elle pouvait aussi être amie ou amoureuse.

Dans ses débuts d’amante, Cath était très timide. Elle ne croyait pas qu’elle pouvait faire l’amour sans être amoureuse. Elle a dit non longtemps à son premier amant avant de lui céder. Ça a été la même histoire avec le deuxième. Le troisième, elle l’a laissé faire, séduite et désireuse. Ensuite, elle a appris à être excitée lorsqu’un gars lui faisait un peu de rentre dedans. Et là, elle devient chasseuse. Cath ne cherche pas nécessairement, mais elle se donne sans attendre dès qu’une ouverture se fait. Elle ne sait plus dire non. Elle a « appris » qu’elle devait se donner pour être intéressante. Qu’elle devait faire des choses qu’elle n’aime pas nécessairement d’emblée pour être aimée. Comme si sa recherche la poussait à dire oui, juste parce que dire non équivaudrait à manquer de curiosité. Jusqu’où va-t-elle se rendre? Peut-on refuser des avenues quand on veut être totalement ouvert à l’expérimentation. Bien sûr! Quelles sont les limites de Cath?

Il me reste beaucoup de choses à découvrir sur mon personnage. Des fois, j’ai l’impression de la psychanalyser. D’ailleurs, je me souviens d’une auteure qui faisait le lien entre mon champ d’étude (la psychologie) et l’écriture. Pour elle, c’était des contraires. Pour moi, c’est la même chose. Je dois en apprendre sur mon personnage qui ne se révèle pas d’un coup. Je dois comprendre sa dynamique sans tout savoir sur elle. De la même façon que l’intervenant doit laisser son client se dévoiler à son rythme tout en travaillant avec lui.

Combien de gars passeront dans sa vie? Que va-t-elle apprendre avec chacun d’entre eux? Comment va s’exprimer son côté doux, amoureux, paisible, centré?

Aller, Cath. Au repos pour ce soir. Bientôt, tu en vivras toute une, encore.

Les petits foulards | Double Personnalité

Quels sont les mots qui nous excitent? Les répliques qui nous font devenir fous, qui nous permettent de tout lâcher et de s’abandonner enfin, qui élèvent notre plaisir à son zénith?

J’aime bien les textes sur Double Personnalité. Celui-ci m’a fait réfléchir à ces répliques qui semblent pourtant anodines, mais qui créent un tel émoi en soi qu’on en perd tous nos sens. Les petits foulards | Double Personnalité.

Il y a les phrases qu’on aime se faire dire, celle qui nous éteignent complètement. Salope, pour beaucoup de filles, a un effet glacial alors que plusieurs gars aiment le dire pour s’allumer.

Et que dire de tous les amants qui baisent en silence? Il doit sûrement y en avoir aussi qui sont allumés par le silence. Est-ce plus fort quand on se parle, se chuchote des choses à l’oreille? Quand on garnotte des répliques entre deux mêlées? Oui, oui… à chacun sa manière… Mais…

Comme le dis l’auteur du texte: c’est davantage la manière de le dire que les mots qui ont, dans ce cas, allumés son Exubérante. Elle a ressenti plus qu’entendu. Est-ce que tout peut être dit pendant le sexe? Est-ce simplement une question de manière, de ton et d’attitude?

J’aime beaucoup les textes du Gars en double. Ils me font réfléchir… 😉

viaLes petits foulards | Double Personnalité.

Cath ne l’a jamais fait

J’ai trouvé cette photo. Je ne sais plus où. Elle a sa place par ici.

Avoir ce qu'on a jamais eu

Comment Cath comprend cette image? Elle plonge, c’est sûr. Elle plonge où. Comment était-elle avant la rupture d’avec son ex? Son monstrueux ex. Comment était-elle juste avant de voir cette image? Qu’a-t-elle jamais fait. (Et moi?)

Cath est impulsive et raide. L’a-t-elle toujours été? Non. Il ne faut pas. Elle a DU caractère, c’est certain. Elle a du mal à s’ouvrir, elle a toujours été difficile d’approche. Son orgueil la protège autant qu’elle protège son orgueil. Une photo comme celle-là et elle fonce. Évidemment, elle frappera dans toutes les directions. Des coups d’épée dans l’eau. Forcément, elle se retrouvera vidée, épuisée, triste et frustrée. Peut-être que, là, enfin, petite bête blessée, elle acceptera qu’on lui prenne la main.

 

Un french c’est-tu intime, ça?

J’ai eu, cet été, une discussion avec un ami qui a une notion plutôt lousse de la fidélité dans le couple. Je ne suis pas contre sa manière de voir les choses, en fait. Mais c’est un autre sujet, sur lequel je reviendrai, bien sûr.

Cet ami m’expliquait que pour lui, le french, c’est banal. Il me disait que si son amie, appelons-la Falbala, était à côté de lui, il la frencherait sans autre préambule. Bon, je l’avoue, lui et moi étions en semi-rendez-vous-galant et ça m’a saisie. Je dois aussi dire que le gars en question a étudié en théâtre. Ça change la donne? Je ne sais pas. Est-ce un préjugé ou un fait que les gens en théâtre jouent plus facilement de la langue que les autres? Je pense qu’il faudrait faire un sondage auprès d’eux. Je ne suis pas prête à tirer mes conclusions.

Toujours est-il que je me suis sentie drôlement petite-fille-sage quand il m’a sorti ça. D’autant que j’étais plutôt dans mon rôle de le-couple-semi-ouvert-awaye-je-suis-pas-si-stuck-up-que-tu-le-penses. Vlan! En pleine gueule.

Je suis tombée là-dessus aujourd’hui:

L’article avec le vidéo : Watching complete strangers make out

Et voilà. Soulagement. C’est exactement ça. Un french, c’est puissant. Ça réveille une intimité qu’on le veuille ou non. Banaliser un baiser, c’est passer à côté de quelque chose de fort, je crois.

Mais bon, c’est vrai qu’au cinéma, c’est pas mal moins fort. Et c’est vrai aussi que le baiser n’est pas toujours très intime. Embrasser un amant, par exemple, c’est plus pour se mettre dans le bain que pour faire naître une relation profonde. Encore là, on s’embrasse d’abord pour se mettre dans une intimité nécessaire au reste. Embrasser un ami pour rire? L’intimité existe déjà dans l’amitié. Je cherche… Dans quels cas? Comment? Pourquoi?

Recherche à faire…

Votre opinion?